Quand fiabilité fait la différence

Une société vieille de plus d'un quart de siècle. Remi Dendoncker, fondateur de Remitrans, nous explique comment tout a commencé.

Mercredi 05 août 2020

« Quand j'étais jeune, dans les années 60, les bateaux étaient déchargés sac par sac par des vieilles grues. Il y avait encore des peseurs assermentés à l'époque. Toute cette activité m'a toujours attiré et a clairement influencé mon parcours. J'ai commencé avec le transport de betteraves. Il fallait même une autorisation à l'époque et les betteraves étaient encore chargées avec une fourche ! J'ai commencé avec un seul camion et comme je n'avais pas de travail en dehors de la saison des betteraves, je me suis mis à chercher d'autres marchés. L'un d'eux a été le transport de pierres vers le centre de commande central de l'Otan, le SHAPE, à Casteau près de Mons. Et tout s'est ensuite enchaîné. Nous faisions de longues journées, mais la réglementation n'était bien sûr pas aussi stricte qu'aujourd'hui. Je m'arrangeais pour être le premier à la pesée le matin et je dormais ensuite dans mon camion en attendant de pouvoir faire peser mon chargement. Cela n'est plus imaginable aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, c'est comme ça qu'a commencé l'aventure Remitrans. »

 « Je m'arrangeais pour être le premier à la pesée le matin et je dormais ensuite dans mon camion »
 

Le transport de betteraves est resté important pour la société de Ninove qui a toutefois progressivement diversifié ses activités en sachant saisir les opportunités avec flexibilité. Le personnel et le nombre de camions ont alors augmenté. « J'ai par exemple transporté pendant tout un temps de l'engrais en Allemagne et j'ai repris le commerce d'aliments pour bétail de mon père à Kester. L'accent s'est ensuite déplacé vers le transport, mais j'ai gardé l'implantation à Kester. » À un moment donné, Remi a été sollicité pour abriter un dépôt de matériaux de construction pour Brico sur ses terrains. « J'ai bien sûr sauté sur l'occasion et j'ai même repris ce dépôt par la suite. » En 1991, Remitrans a déménagé à Ninove pour cause de manque de place. La société possédait alors au moins quinze camions et ce chiffre a très vite doublé.

« Nous sommes ainsi parvenus au fil des années à nous constituer une solide réputation qui repose surtout sur notre fiabilité et notre flexibilité, deux valeurs qui font la différence. »
 

« Nous avons aussi acquis une grande expérience en entreposage. Nous disposons aujourd'hui d'environ 60.000 m2 d'entrepôts, dont 26.000 m2 reliés au réseau ferroviaire. Ces entrepôts représentent le camp de base du département Bâches dirigé par Manu Opsomer. Nous avons des clients dans différents secteurs et proposons des solutions sur mesure, de la préparation de commandes à la livraison just-in-time chez le client. Tout est soutenu par des solutions ICT fiables pour la gestion des stocks, l'expédition et le track & trace. Nous sommes ainsi parvenus au fil des années à nous constituer une solide réputation qui repose surtout sur notre fiabilité et notre flexibilité, deux valeurs qui font la différence.

Vanessa et Ronald, les enfants de Remi, sont aujourd'hui aux commandes de la société à ses côtés. Vanessa est en charge du volet financier tandis que Ronald est responsable du département citernes. Leurs conjoints occupent également des postes à responsabilité dans l'entreprise. « Nous avons aussi élargi notre conseil d'administration à un administrateur externe qui nous a donné de précieux conseils financiers. Si la conjoncture économique le permet, et si nous continuons à disposer de la marge nécessaire, notre vœu est clairement de continuer à grandir, mais seul l'avenir nous dira si cela est possible. »

Lisez le TVM actuel de juin 2020 dans son intégralité

 

TVM Belgium utilise des cookies, entre autres pour analyser et optimaliser le site Web et pour veiller à vous montrer des publicités relevantes. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour en savoir plus sur nos cookies, cliquez ici.