« Le transport est comme le gaz, l'eau et la lumière »

TVM est synonyme de passion pour moi. La passion du transport, des clients et des collaborateurs.

Samedi 27 novembre 2021

Michel Verwoest est aux commandes de TVM assurances depuis le 1er septembre. Il s'est préparé assidument à sa nouvelle fonction au cours des derniers mois et se dit inspiré par le dynamisme, l'esprit d'entreprise et la volonté d'innovation qui caractérisent le secteur du transport et de la logistique. « C'est un secteur dont on peut être fier et qui semble gagner en importance chaque jour. » 

Lire, écouter, regarder et aller voir les clients. Ces six derniers mois, Michel Verwoest n'a manqué pratiquement aucune occasion de s'immerger dans un monde qui lui est encore relativement inconnu.

Au cours des dernières années, Michel Verwoest a été CEO du prestataire néerlandais de services de bien-être au travail et entreprise logicielle HumanTotalCare. Auparavant, il a travaillé pendant de nombreuses années dans le secteur des assurances, notamment en tant que membre du Conseil d'administration d'a.s.r. Dans cette fonction, il a assumé la responsabilité de divers portefeuilles, notamment des sinistres, de l'assurance incapacité de travail et de la distribution.
Michel Verwoest ne connaissait la niche de la logistique et du transport que de l'extérieur. Mais petit à petit, d'autres lectures sont venues augmenter la pile sur sa table de cuisine, à Apeldoorn. Sur la route, il s'est mis à voir d'un autre œil le transport de marchandises et s'est lié d'amitié avec des professionnels du secteur des transports qu'il a interrogés avec enthousiasme. Ces derniers mois, son prédécesseur, Arjan Bos, l'a chaleureusement présenté à un grand nombre de clients.

Michel Verwoest explique qu'il a été enthousiasmé par TVM dès le premier moment. « Je connaissais déjà TVM comme une marque forte. TVM a la réputation d'être un assureur traditionnellement très proche de ses clients, chaleur, impliqué, professionnel. TVM est synonyme de passion pour moi. La passion du transport, des clients, des collaborateurs. Arjan a toujours parlé de son impression d'appartenir à un club. Je comprends parfaitement ce qu'il voulait dire. Je suis heureux de pouvoir faire partie de ce club. »
Pour Michel Verwoest, c'est un club appartenant au monde des assurances, qu'il connaît bien, si ce n'est que le segment du transport lui était encore relativement inconnu. « Je savais déjà parfaitement qu'il y a énormément de transports, par route, par eau et par d'autres moyens, et que ceux-ci jouent un rôle essentiel dans tout ce que nous faisons. Du plus grand au plus petit transport, sur de longues distances, jusqu'au dernier kilomètre. C'est un peu comme le gaz, l'eau et la lumière. »

« J'avais aussi dans l'idée que le secteur des transports était une industrie ayant sa propre culture traditionnelle. Cela s'applique tant au transport routier qu'à la navigation intérieure. Appelez ça du conservatisme. Et oui, je dois dire que j'ai dû modifier ma vision. Ce secteur a effectivement une forte culture, mais c'est une culture fondée sur un très grand esprit d'entreprise. Dans les transports, il est important de rester au fait. C'est vrai, on peut qualifier le secteur de traditionnel dans le bon sens du terme, avec des valeurs et des normes. Travailler dur, se retrousser les manches et tenir ses promesses. Pas de paroles, donc, mais des actes. Mais il y a aussi un raffinement de très haut niveau dans la gestion et le développement d'entreprise. L'efficacité avec laquelle les processus sont organisés et les chaînes logistiques connectées, le tout à l'aide de données, est absolument inouïe. Les grandes entreprises de transport sont des sociétés informatiques à part entière qui prennent en charge une part de plus en plus importante de la chaîne logistique. L'entreprise de transport est souvent le lien entre tous les maillons de celle-ci. C'est un secteur dont nous pouvons être fiers et qui semble gagner en importance chaque jour. »
Michel Verwoest est également impressionné par le métier de chauffeur professionnel. « J'ai aussi commencé à le regarder cela avec des yeux différents. Il s'agit de bien plus que de transporter des marchandises de A à B. Il faut connaître le camion, les chargements et les lois et règlements, mais aussi savoir qui l'on est, ce que l'on est. Le chauffeur est la carte de visite, tant de l'entreprise que de votre donneur d'ordre. Je pense que c'est important, et bien, de voir et de constater à quel point les chauffeurs sont conscients de la sécurité routière. Ce sont les véritables ambassadeurs de notre secteur. »

« La société évolue à un rythme effréné et ce sont les entreprises de transport et de logistique qui rendent cela possible. Selon moi, le citoyen moyen ne le voit pas assez. Il pense souvent d'abord au diesel polluant. Mais rares sont les secteurs où l'intégration de la chaîne et des processus est aussi bien organisée, et qui sont aussi innovants, que le secteur des transports. Ce secteur mérite d'être mieux vu. Nous avons tous le devoir de promouvoir cette image à grande échelle. Cela augmentera également son pouvoir d'attraction pour les personnes désireuses de travailler dans le secteur. Et c'est bien nécessaire, car le secteur va croître plutôt que décroître dans les années à venir. » 
Michel Verwoest est attiré par le dynamisme du secteur, mais aussi par les défis qui l'attendent, par exemple en matière de durabilité et de sécurité. Le Green Deal européen devrait permettre à l'Europe d'atteindre la neutralité climatique d'ici 2050. Les transports, par route et par eau, joueront un rôle important à cet égard. Et donc ce sera le cas aussi de TVM en tant que prestataire de services spécialisés, souligne Michel Verwoest.

Quelle est votre principale tâche au sein de TVM ?

« Je pense que même dans ce monde en rapide mutation, nous devons rester un partenaire fiable pour nos clients et nos courtiers. Parfois nous devrons prendre les devants, parfois nous devrons suivre, mais toujours avec un sentiment de collectivité. S'améliorer ensemble, voilà l'essentiel. Nous avons des connaissances, des compétences et de l'expérience diverses, tout comme les clients et les courtiers. Le mélange de ces ingrédients crée une valeur ajoutée. Nous pouvons contribuer à rendre les transports plus sûrs, plus intelligents et plus durables. »

« Nous jetons nous-mêmes un regard très critique sur les aspects où TVM peut créer cette valeur ajoutée pour nos clients, et donc aussi ceux auxquels nous consacrons de l'argent. Mais nous devons également continuer à innover et à nous améliorer afin de rendre nos processus, et donc le service à nos clients, encore plus rapides et plus simples. Nous innovons dans notre paysage informatique et continuerons à le faire afin de mieux répondre aux besoins de nos clients et de laisser ainsi la place nécessaire au contact personnel que nous trouvons si important et grâce auquel nous faisons la différence. » 

Vous soulignez l'importance de la collaboration au sein de la chaîne. Pensez-vous qu'elle est insuffisante actuellement ?

« Je perçois une grande solidarité dans le secteur. Mais nous ne partageons pas encore beaucoup. Selon moi, il est possible de faire beaucoup mieux si nous commençons à partager des informations qui sont utiles à tous et d'un grand intérêt commun et social, par exemple en matière de prévention et de sécurité des transports. Lorsque les informations sont partagées de la bonne manière, il n'y a pas de désavantage concurrentiel. Il faut parfois investir ensemble pour faire la différence pour tout le monde. Je pense que nous avons un rôle important à jouer ici avec TVM comme partenaire fiable. »

Et pour conclure, comment sont vos compétences dans le camion ?

Il rit : « J'ai pris l'engagement solennel d'obtenir ce grand permis de conduire. Je vais m'y mettre au début de l'année prochaine. »

« J'ai beaucoup de connaissances et de compétences dans le domaine des processus logistiques et de l'informatique, mais je veux aussi découvrir ce que c'est que de conduire un camion sur la route. Je pense que vous devez pouvoir parler de ça aussi chez les clients. Et comme ça, j'aurai plus d'idées. Il y a des bateliers qui utilisent leurs bateaux comme bed & breakfast. Cela me semble une chouette expérience aussi, mais il faut que j'en parle d'abord à la maison.... »

Lisez l'article « 5 questions à Michel Verwoest » ici.

Plus de nouvelles sur TVM Belgium ? Lisez ici notre magazine TVM Actuel, édition automne 2021. 

TVM Belgium utilise des cookies, entre autres pour analyser et optimaliser le site Web et pour veiller à vous montrer des publicités relevantes. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour en savoir plus sur nos cookies, cliquez ici.